Les petits bonheurs du travail à la maison

>> English version

Maintenant que je travaille à la maison, je me rends compte que je peux bien mieux profiter de la ville. Auparavant, j’étais en permanence au bureau de mon entreprise, située en périphérie, aux environs peu agréables. Habitant en centre-ville, je me permets quelques petits plaisirs simples de villageois, que je ne pouvais pas vraiment faire auparavant :

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

  • Fréquenter les petits commerces du coin.
    Acheter ma baguette à la boulangerie, c’est un plaisir que je peux désormais m’offrir. La très bonne boulangerie de mon quartier est fermée la majeure partie du week-end (eh oui on est en France) et donc je la redécouvre. Cela me permet aussi de réduire mon budget nourriture, en combinant pains frais, fromage à tartiner et crudités. J’ai aussi ressorti des vieilles conserves de pâtés, qui trainaient dans mes placards, comme ce foie gras offert à noël par le CE de mon entreprise, il y a plus d’un an !
    Aller dans les petits commerces permet aussi de rencontrer des gens du quartier, de réduire mon utilisation de la voiture et d’éviter les heures de pointe dans les grands magasins… la foule aux caisses le samedi n’est plus qu’un mauvais souvenir.
  • Faire de l’exercice au moins 30 minutes par jour.
    N’étant pas un grand sportif, je me suis donné comme défi d’entretenir ma forme physique, mais j’ai tendance à m’ennuyer très vite lorsque je fais des exercices répétitifs… Alors, pour occuper mon cerveau, je lance d’une part une playlist musicale, qui donne le rythme et sert aussi à mesurer le temps, et d’autre part je démarre une vidéo instructive, comme par exemple celles de Koudetat sur la création de startup. Ou bien je démarre un album concept de musique bien compliquée et nerveuse, comme du Dream Theater.
  • Faire des petites promenades.
    Quand on travaille à la maison, il est important de sortir s’aérer l’esprit (et le corps), voir du monde et regarder la nature. Lorsque je travaillais à Paris, avec quelques collègues facétieux nous prenions parfois discrètement la poudre d’escampette en plein après-midi pour aller boire un milkshake dans un parc :). Maintenant, pas de comptes à rendre, je sors à pied ou à vélo ou je veux et quand je veux.
  • Faire ses démarches à son rythme.
    Plus besoin de poser des RTT ou réduire sa pause déjeuner pour aller chez le dentiste ou faire entretenir sa voiture. Rien que le fait de ne pas avoir à réfléchir lorsqu’on nous propose un rendez-vous, c’est libérateur.
  • Adopter un rythme de sommeil plus stable.
    Le sommeil a toujours été problématique pour moi. Je vais donc pouvoir expérimenter différents rythmes de sommeil.
    Premier essai : se lever à heure fixe, tous les jours de la semaine sans exception. Lorsqu’on travaille en entreprise, on doit se lever tôt en semaine. Tout irait bien si on se levait à la même heure le week-end, mais cela veut dire qu’on s’interdirait les sorties tardives du vendredi et samedi soir ! Donc, plutôt que d’alterner lever aux aurores et grasses matinées, je tente une nouvelle discipline :

    • Réveil à 9:20
    • Début du travail à 10:00
    • Coucher dernier délai à 0:30 lorsque je ne sors pas. En cas de fatigue ressentie, je me couche plus tôt.
    • Lorsque je sors, l’objectif est de rentrer pour être couché à 1h30-2h, de manière à être capable de se réveiller à 9:20 !
  • Je dois dire que cette méthode n’est pas encore très concluante. D’une part, je préfère largement travailler quand il fait jour plutôt que le soir, et cette méthode n’est pas optimale de ce point de vue. Ensuite, me réveiller tard décale mon endormissement, et je me retrouve à ne pas trouver le sommeil même à 2h du matin. J’ai donc décidé de décaler l’heure de réveil d’une heure. De plus, pour faciliter l’endormissement, je me suis mis aux livres audio, c’est peut-être enfantin d’avoir besoin qu’on nous raconte une histoire pour dormir, mais cela semble fonctionner ! Comme premier ouvrage, je vous conseille le croustillant Jules de Didier Van Cauwelaert, lu par l’auteur lui-même et disponible sur la plateforme Audible.
  • Travailler quand on le veut !
    Bien que beaucoup mettent en garde les indépendants sur la distinction à avoir entre travail et vie personnelle, j’apprécie la flexibilité. Je suis une personne qui a une motivation très fluctuante : à tout moment dans la semaine, j’aurai peut-être une envie subite de faire autre chose : écrire pour ce blog, accueillir un couchsurfeur, faire une excursion dans une ville voisine, ranger mon appartement… quant au dimanche, le calme me permet souvent d’avancer efficacement dans mon travail.
    Cependant, il y a effectivement quelques astuces à respecter, comme éviter de consulter son email professionnel en fin de soirée, car on peut recevoir un message inattendu qui nous prendra la tête toute la nuit !

Bien sûr, il y a tout de mêmes des choses qui me manquent de l’époque en entreprise : principalement l’interaction avec les collègues de travail. Heureusement, je les rencontre toujours au pub le vendredi soir. Pour reproduire l’entraide au sens des équipes, je participe de plus en plus aux forums de questions/réponses techniques comme Stack Overflow, l’équipe est donc remplacée par une communauté en ligne.

Photo : Roby (CC)

 

Publicités
Cet article a été publié dans Vie quotidienne. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Les petits bonheurs du travail à la maison

  1. Ping : Dis, pourquoi… les Pays de l’Est | datsusarasuru

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s