Backpacking : les auberges de jeunesse

hostel

>> English version

J’ai commencé cet article à Podgorica, la capitale du Monténégro. Je le termine à Львів (L’viv), ville de l’ouest de l’Ukraine. Depuis bientôt deux mois, j’ai exploré une dizaine de pays d’Europe Centrale et de l’Est, tout en continuant à développer mon projet dans des cafés ou parfois dans des espaces de coworking.

Le Monténégro est un cas particulier, car au lieu de rester dans une métropole, j’ai visité le pays en tant que touriste backpacker, c’est-à-dire le routard à sac à dos qui voyage léger et économique, va à la rencontre des autres et essaie d’éviter le tourisme de masse. Il faut dire que le Monténégro, c’est un tout petit pays montagneux de la taille de la Corse, récemment né en 2006 (!) d’un référendum qui l’a séparé de la Serbie. J’y ai débarqué un matin sur un coup de tête. Après 13h passées dans un antique train de nuit, digne des aventures de Tintin en Syldavie… en provenance de Belgrade, ville qui m’avait parue un peu trop tristounette.

En bon backpacker, j’ai donc choisi de me loger en auberges de jeunesse (hostels). Si le digital nomad n’est pas le spécimen le plus fréquent en hostel, j’en ai quand même rencontré d’autres, comme cet israélien ayant monté avec succès un logiciel pour les avocats, avec son père (lui-même avocat…). Alors que j’en suis maintenant à mon dixième établissement, je vous livre les ingrédients d’un bon hostel pour digital nomad :

  • « Location location location » comme disent les Britanniques… évidemment il est préférable d’être au pied des pistes c’est-à-dire à distance de marche de restos, boutiques de street food, bars, si vous voulez goûter aux spécialités locales sans perdre trop de temps.
  • Des dortoirs climatisés (à moins de visiter le Groënland…), avec des lits confortables, silencieux et des portes qui ne grincent pas ! Lorsqu’on est 10 par chambre, il est préférable que celui qui rentre en pleine nuit à pas de velours ne réveille pas la chambrée juste en ouvrant la porte. La clim ne doit pas souffler directement sur un lit.
    Bonus : une lampe et une prise de courant individuelles ;
    Meilleur bonus : un rideau autour du lit superposé permettant d’avoir un peu d’intimité, voire des cloisons entre les lits.
Lits cloisonnés à l'Hostel Avenue, Budapest

Lits cloisonnés à l’Hostel Avenue, Budapest

  • Des douches propres et suffisamment bien pensées pour ne pas avoir à se mettre tout nu devant les autres ! Et pour poser/accrocher ses affaires sans les mouiller… malheureusement ce n’est pas si courant que ça.
  • Indispensable : des coffres verrouillables (lockers) pour protéger votre ordinateur lorsque vous sortez vous balader, si possibles assez grands pour mettre votre petit sac à dos, et pas trop éloignés de votre lit (pour ne pas courir à l’autre bout du bâtiment si vous avez oublié un accessoire).
  • Une cuisine qui vous permettra au minimum de prendre votre café du matin (donc munie d’une bouilloire électrique, ou à défaut du nécessaire pour faire chauffer/bouillir de l’eau non potable) voire de cuisiner et ainsi diminuer vos frais de bouche. Si possible, elle devrait être assez grande et commune à plusieurs chambres pour faciliter les rencontres.

    20160703_194532

    Cuisine au Montenegro Hostel, Podgorica

  • Si possible, un espace climatisé et calme avec wifi, table et vraie chaise permettant de travailler). Ce n’est pas très courant dans les hostels mais certains préféreront de toute façon séparer le lieu de travail, et aller investir un café branché (au sens propre, avec des prises de courant).
  • Le wifi doit fonctionner partout, pas seulement dans l’espace commun… car la plupart des backpackers n’ont pas le temps d’aller acheter une carte SIM prépayée en boutique pour leur téléphone.
  • Une hôtesse d’accueil sympathique qui parle anglais et qui connait bien l’endroit. Parfois des activités sont mêmes organisées, comme une repas de gastronomie locale gratuit, une movie night, une excursion, etc.
  • Pas forcément de télévision ! Son absence est remplacée par des discussions entre voyageurs. Mais, pour l’ambiance, une guitare est hautement recommandée, pour que des hippies viennent jouer de la musique 🙂

    20160707_140943

    L’espace commun du CoolTour Hostel de Budapest

Combien ça coûte ?

  • Typiquement, 10 à 12 € dans une capitale d’Europe Centrale ou de l’Est
  • Le meilleur marché : Loft Hostel à Lviv (Ukraine), à 3,70 € la nuitée !
  • Le plus cher : Montenegro Hostel, Budva (station balnéaire au Monténégro), à 16 € en haute saison ! En plein dans le vieux centre tout croquignolet 🙂

Et donc, voici les principaux défauts que j’ai rencontré :

  • Trop chaud (absence de clim, en été, voire clim présente mais télécommande rangée à double-tour dans un tiroir sans personnel présent pour l’ouvrir) : 4 hostels sur 10.
    Ou parfois trop froid, si le flux d’air de la clim donne sur le lit…
  • Douches malfichues : 4 hostels sur 10 ; sales : 2 hostels sur 10
  • Wifi ne fonctionnant pas dans les chambres : 3 hostels sur 10
  • Trop bruyant (en général, c’est en l’absence de clim avec la fenêtre ouverte ; ou éléments qui grincent) : 3 hostels sur 10
  • Matelas inconfortable : 2 hostels sur 10
  • Peu propice à la convivialité : 2 hostels sur 10
  • Manque de discipline voir sécurité (ex: pas de présence 24/24, pas de « couvre-feu »), voyageurs qui ne respectent pas le sommeil des autres : 2 hostels sur 10
  • Et aussi : pas d’espace de travail : 6 hostels sur 10

Et pour finir, mon podium des meilleurs hostels à Belgrade, Bucarest, Budapest, Budva, Cracovie, Kotor, L’viv, Podgorica, Zabljak :

  • Vainqueur : Hostel Cent, Kotor (Monténégro), pour ses hôtesses d’accueil très sympathiques et son ambiance chaleureuse qui incite naturellement les voyageurs à se grouper pour visiter la région !
  • 2ème : Montenegro Hostel, Podgorica (Monténégro), son mobilier beau et neuf et son incroyable rooftop.
  • 3ème : Hiker’s Den, Zabljak (Monténégro), pour son aspect chalet de montagne digne des bronzés font du ski 😉
Publicités
Cet article, publié dans Vie quotidienne, Voyages, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Backpacking : les auberges de jeunesse

  1. Ping : Osez les Party Hostels ! – datsusarasuru

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s