Osez les Party Hostels !

 

Je vous avais déjà parlé des auberges de jeunesse et des bars déjantés que j’avais découvert ces derniers mois. Quand on voyage seul et qu’on aime s’amuser en soirée, on cherche vite le moyen de rencontrer des fêtards pour sortir. C’est parfois le cas dans les hostels (auberges de jeunesse), mais parfois ils sont aussi calmes qu’un dimanche soir chez votre grand-mère !

Et pourtant, dans les villes connues pour leur tourisme festif, les anglo-saxons convergent tous vers des repaires de party animals… qu’on nomme les Party Hostels ! Après des soirées agitées en hostel pourtant conventionnel à Budapest (Hongrie), j’ai voulu tester l’expérience complète à Cracovie (Pologne), en réservant quelques nuits. Avec une expérience de 15 hostels différents au compteur, j’ai directement filtré les résultats de Booking pour n’afficher que ceux obtenant la note d’au moins 9/10… et c’est le Little Havana Party Hostel, tout juste noté 9,0 à ce moment-là, qui a emporté la mise.

Me voici donc débarquant, après 5 heures de bus assez éprouvantes, dans cet établissement mystérieux. Tellement mystérieux qu’il faut d’abord pénétrer dans un burger bar, se diriger au fond vers un second bar, El Teatro Cubano, mais bifurquer au milieu pour sonner au Little Havana. Au premier étage, on entre enfin… dans un bar, encore, mais celui-ci est réservé aux guests de l’hostel.

20160915_180839

L’accueil par deux frères jumeaux aux faux airs de Kyan Khojandi, visiblement anglophones, est efficace. On me remet un chouette bracelet (que j’ai malheureusement perdu par la suite…) permettant de circuler dans l’hostel et des tickets qui donneront droit à un slider (mini-burger) dans le fast food du rez-de-chaussée, et à une bière chaque soir ici-même. Puis, en gravissant les escaliers de bois, évoquant l’Amérique Latine, on se rend compte que l’établissement est immense : pas moins de 15 dortoirs permettent d’accueillir 130 fêtards !

On pourrait s’inquiéter, mais l’hostel est vraiment très bien tenu et propre. Les règles d’hygiène sont clairement annoncées (tout comme les « amendes » qui vont avec, mentalité anglo-saxonne oblige) : pas de nourriture ni de boissons autre que de l’eau dans les chambres (petite exception : la tournée quotidienne des shots en fin de journée…), interdiction d’utiliser d’autres lits que le sien. Les sanitaires sont non seulement nettoyés en journée, mais comme dans les aéroports vous pouvez voir sur une grille qu’il y a plusieurs passage le soir et la nuit, par exemple à 22:00, 0:30, 3:15 ! Les portes des toilettes sont aussi ornées… de consignes de sécurité aidant à ne pas de faire plumer une fois en ville !

20160916_211453C’est donc peu après le passage des shots que le rendez-vous au bar est fixé pour commencer à socialiser avec les autres voyageurs. La musique cubaine a fait place à du gros son de soirée, et les gentils organisateurs (je ne trouve pas d’autres mots…) nous enseignent des jeux d’alcools tels que beer pong, jeux de cartes à boire, etc. Les guests semblent bien apprécier, d’autant qu’au cours des jeux, les verres de bière se remplissent automatiquement, bien au-delà du premier ticket gratuit ! Il y a toutefois un côté de la salle équipé 20160915_180819de canapés et de transats où certains papotent sans prendre part aux jeux. Le jeudi, la soirée est placée sous le thème des chemises ringardes et un G.O. m’invite à en… acheter une ;). Je décline, mais je décide de m’inscrire au fameux pub crawl que l’hostel organise et qui va démarrer incessamment.

Nous sommes maintenant une bonne trentaine de fêtards ayant payé les 49 zlotys (environ 12 euros) pour être guidés pour une nuit dans les bars et clubs de Cracovie. Ce prix inclut aussi bien sûr un shot à l’entrée de chaque bar (un classique), mais aussi 1 heure de boissons gratuites illimitées dans le premier bar ! Nous allons voir si les anglais sont fidèles à leur réputation de binge drinking ! Quant à moi, fermement résolu à avancer dans mon travail le lendemain après-midi (voir posts précédents), j’alternerai toute la soirée entre alcool et eau gazeuse !

C’est donc parti pour aller récupérer les autres inscrits au pub crawl sur la grande place (qui accueillait, moins d’un mois plus tôt, le Pape François et ses fidèles disciples en soutane, lors des JMJ… l’histoire ne dit pas s’ils ont fait un pub crawl aux vins de messe !). Puis nous entrons dans le premier bar, à deux pas de l’hostel. La promesse de l’heure de boissons illimitées est tenue, d’autant que le bar était vide, à cette heure, avant que le groupe n’arrive : deux barmen sont donc très occupés, mais l’attente est assez courte (il faut dire que j’ai ma technique pour me faufiler 🙂 ). Nous continuons à faire connaissance, dans plusieurs salles : nombreux Belges flamands (aucun wallon), Irlandais, Anglais, Australiens, Allemands, Egyptiens, un seul autre Français, aucun local (Polonais).

20160915_220703

Il est bientôt l’heure d’enchaîner avec le second bar, qui est plutôt un club d’ailleurs. Puis un autre, dont la musique ne me plait pas vraiment, mais dont les 20160916_000454tesses semblent très gentilles ! Les participants semblent toujours bien tenir le choc, à part une fille asiatique visiblement trop ivre pour continuer à s’amuser.

Place au 4e bar, un sous-sol tout en pierre, joli mais dont la musique me sied encore moins. L’assistance est très majoritairement constituée de touristes. C’est le moment que je choisis pour rejoindre un ami au Spolem, un club à la musique rock et disco nettement plus à mon goût, quasi-exclusivement fréquenté par des locaux. Je ne verrai donc pas le dernier club prévu au programme du pub crawl ! Programme qui change apparemment chaque jour, d’après les dires des « récidivistes ».

C’est donc vers 4h que je rentre à l’hostel, essayant de me faufiler jusqu’à mon lit sans réveiller personne. En tout cas, je ne réveillerai pas l’Apparition de Jésus (assez mal en point), qui se dresse (ou pas) sur mon passage dans le couloir !!

20160917_040321

La chambre, déverrouillée par badge, est bien conçue car elle dispose d’une rampe de Led s’allumant automatiquement pendant quelques secondes lorsque l’on rentre, ce qui permet de rejoindre son lit sans avoir à allumer la lumière ! Et d’ailleurs, les lumières, même allumées, sont suffisamment tamisées pour éviter des réveiller les dormeurs.

C’est finalement le matin que je serai réveillé par des voix espagnoles, ayant oublié de chausser mes boules quiès, compagnons de route indispensables en auberge de jeunesse. J’essaie en vain de suivre un débat entre un peintre cubain charismatique et de jeunes espagnoles s’apprêtant à passer une année Erasmus à Cracovie, mais mon espagnol est encore un peu limité. L’avantage c’est que je suis réveillé assez tôt pour profiter du petit déjeuner, buffet salé (jambon cheddar & co) inclus dans les 12 euros par nuit de l’hostel.

Mes amis de Budapest arrivant le lendemain pour profiter de la nightlife de Kraków, je décide de prolonger mon séjour. Les autres nuits seront tout aussi bonnes, même si je ne participerai désormais qu’au pot d’accueil et pas au pub crawl, avant de rejoindre mes potes.

Verdict

Je m’attendais à des conditions difficiles, mais c’est finalement une très bonne surprise que d’avoir trouvé un hôtel à la fois bien tenu, et permettant de rencontrer des fêtards plutôt ouverts et intéressants. Peut-être le fait d’avoir vécu par le passé en Angleterre m’a-t-il aidé à l’apprécier, car il est vrai que les anglo-saxons y sont ultra-majoritaires ! Il est probable que je retente l’expérience à l’avenir 😉

Publicités
Cet article, publié dans Voyages, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s